Chronique Anatomie d'un mariage de Virginia Reeves

  • Virginia Reeves
  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau
  • Coll. «La cosmopolite»
  • Stock
  • 02/06/2021
  • 430 p., 22.90 €

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Virginia Reeves compose un livre bouleversant sur la fragilité des apparences et des espoirs déçus. Un roman qui explore toutes les nuances et les contradictions qui font de l’amour l’inépuisable source de tous les tourments.

Certaines lectures résonnent comme des chants. Des lectures où l’on a du mal à dire au revoir aux personnages. Et même si l’histoire est sombre, emplie d’une mélancolie qui possède le lecteur jusqu’à l’enivrer, on se laisse bercer par celle-ci. Anatomie d’un mariage de Virginia Reeves, comme son précédent roman Un travail comme un autre (Stock et Le Livre de Poche – prix Page/America 2016), la font entrer d’emblée dans le cercle de ces grands conteurs d’histoires portées par des personnages en équilibre, fragiles malgré leurs certitudes, tellement humains. Des romans qui auscultent des vies ordinaires avec une vivacité d’esprit proche d'Alison Lurie ou de Philipp Meyer. Edmund Malinowski, jeune psychiatre comportementaliste, est sur le point de réaliser son rêve. À 36 ans, il vient de prendre la direction d’un établissement psychiatrique dans le Montana. Un déménagement qui oblige sa compagne Laura à mettre ses activités en suspens pour le suivre. Pour la convaincre, il lui promet d’être davantage présent et de fonder une famille. Malgré la promesse de ce bonheur parfait, la réalité est tout autre. Ed s’absente de leur vie chaque jour un peu plus, aveugle au sentiment d’abandon qui grandit chez Laura. Sentiment d’être invisible, en exil. Elle demande à Edmund de la regarder, de lui prouver qu’elle existe. D’autant plus quand elle constate que son mari est attiré par une jeune patiente, Pénélope, charmé par son intelligence et sa sensibilité. Prise au piège de sa jalousie, Laura s’enferme dans le désespoir et la colère, jusqu’à garder secret ce qu’elle ressent, au point de feindre ses émotions, étrangère à elle-même. Chacun remarque les changements mais ne sait pas comment modifier son attitude. Pourtant Ed et Laura ne peuvent plus se contenter de fermer les yeux en  attendant que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. La crise est inévitable.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@