Chronique La Quatrième Dimension de Nona Fernandez

  • Nona Fernandez
  • Traduit de l’espagnol (Chili) par Anne Plantagenet
  • Coll. «La cosmopolite»
  • Stock
  • 31/01/2018
  • 300 p., 19.50 €
NULL

Anne-Sophie Rouveloux Librairie Chroniques (Cachan)

Un visage de papier glacé. Un nom. Andrès Antonio Valenzuela Morales. Derrière lui se cache « l’homme qui torturait », soldat de Pinochet, agent de renseignements des Forces Armées. En 1984, dans une interview accordée au magazine Cauce, il avoue avoir participé à des actes de torture, avoir arraché des hommes à leurs familles, avoir tué des humains comme des chiens. Pourtant, avant ses aveux, il a vécu comme n’importe qui. Nona Fernández s’interroge. « Combien de visages contient un être humain ? » Comment peut-on vivre normalement après avoir commis de tels actes ? La Quatrième dimension est le récit d’une obsession, d’un besoin de connaître la vérité, par tous les moyens, en participant à un film documentaire, en faisant revivre les existences et les noms des disparus et, surtout, en imaginant. La fiction, comme cette vieille série fantastique qui donne son nom au livre, permet de créer un pont entre notre réalité et l’inimaginable, pour exorciser l’horreur, mais ne jamais l’oublier.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@