Chronique Mes nuits à la caravane de Sylvie Deshors

Manon Bardin La Bulle/Médiathèque de Mazé

Lucile vit seule avec son père. Sa mère est décédée quatre ans plus tôt. Depuis ce drame, son père se laisse complètement aller. L’adolescente ne supporte plus de devoir endosser le rôle de l’adulte à la maison. Pour faire bouger les choses, elle décide d’investir, avec une certaine nostalgie, la caravane laissée à l’abandon dans le fond de son jardin. Avant, c’est sa mère qui s’y réfugiait pour peindre. Avec l’aide de ses amis Léna, Djioul et Ben, Lucile redonne vie à ce qui deviendra très vite un petit coin de paradis. Décidée à faire réagir son père, elle choisit même d’y vivre quotidiennement. La caravane devient bientôt le repaire de cette bande d’ados qui s’ennuient mortellement en plein cœur du Limousin. On suit avec plaisir le quotidien de ce groupe, des premiers flirts, des concerts improvisés… Mais alors que la vie suit son cours, Lucile déterre peu à peu des secrets bien enfouis. Avec Mes nuits à la caravane, Sylvie Deshors nous livre un roman marqué par des thèmes forts : l’amitié, la solidarité, le deuil, le manque, la relation père/fille. Lucile est une héroïne attachante et déterminée. Les émotions s’entremêlent parfaitement dans ce court récit aussi positif que touchant.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@